Translate

jeudi 11 octobre 2018

A STAR IS BORN

Bradley Cooper and Lady Gaga in A Star Is Born (2018)
Synopsis Star de country un peu oubliée, Jackson Maine découvre Ally, une jeune chanteuse très prometteuse. Tandis qu'ils tombent follement amoureux l'un de l'autre, Jack propulse Ally sur le devant de la scène et fait d'elle une artiste adulée par le public. Bientôt éclipsé par le succès de la jeune femme, il vit de plus en plus de mal son propre déclin…

Critique Que ce soit la quatrième version d'une même histoire en un siècle sur grand écran n'est en soi pas un défaut. D'ailleurs, au théâtre c'est la même chose : on adapte, réadapte des pièces depuis des millénaires (Dom Juan, Othello, Rhinocéros). Bradley Cooper choisit donc pour son premier long métrage de revisiter un mythe hollywoodien rebattu auquel il apporte une fraîcheur et une authenticité qui le distinguent des précédentes versions, plus artificielles, commerciales (la version avec Barbra Streisand) ou vouées à gagner de multiples Oscars (la version avec Judy Garland). Cela n'exempte pas le film de gros défauts.

Bradley Cooper and Lady Gaga in A Star Is Born (2018)

Le gros point faible du film réside dans l'ascension de l'héroïne dans l'industrie musicale. En effet, Cooper reste très évasif sur les étapes de cette ascension : un concert (ou plutôt une prestation) et hop la carrière est lancée. Cooper peine ainsi à maitriser le rythme de la carrière d'Ally, brûlant ou omettant de nombreuses étapes. Il livre également une vision lisse et artificielle de la confusion entre vie privée et vie publique, du star system qui broie les personnalités des artistes, qui les rend superficiels : tout ce qui touche au métier de chanteur se révèle traité brièvement, sans point de vue original ou juste, comme les enregistrements, les performances et encore plus les récompenses : la cérémonie des Grammy Awards est une catastrophe sans nom : tout sonne faux, jusqu'au jeu des interprètes. Lors de cette scène, il aurait pu exploiter l'échec de la vie privée, qui est mise sous le feu des projecteurs de manière excessive. Il abandonne rapidement cette idée pour se concentrer sur le ridicule et la grossièreté de la scène. Que dire du rôle du manager si ce n'est qu'il est une caricature inadmissible du métier, pas aidé par son caractère insupportable. En fin de compte, on assiste à une vision naïve et angélique de la professionnalisation de l'héroïne : passage de l'anonymat à la célébrité trop rapide. Cooper pèche aussi par le scénario, cousu de fil blanc : le schéma narratif n'invente rien de neuf (ascension, chute, querelle amoureuse, jalousie). 

Bradley Cooper and Lady Gaga in A Star Is Born (2018)

Cependant, ce qui intéresse Cooper, soit la relation amoureuse entre les deux, leur complicité, leur union qui donne naissance à une relation artistique exceptionnelle est traité avec justesse et profondeur. Cooper traite habilement chaque étape de leur relation : la naissance des premières étincelles dans un bar de draq queen puis la complicité naissante au bord de la route. Cooper capte aussi bien la relation toxique mais sincère du couple : elle s'avère fusionnelle et tragique, les deux époux faisant du tort à la carrière de l'autre mais s'inspirant quand même mutuellement. Si les émotions sont simples, elles ne se révèlent jamais simplistes mais plutôt brutes et d'une vérité certaine : Cooper fait preuve d'une vraie sensibilité en signant un portrait à fleur de peau d'une artiste en manque d'amour et de reconnaissance : elle est victime des stigmates, manque de confiance en elle à cause de ses complexes physiques. En bref, si tout semble balisé à première vue, le réalisateur parvient néanmoins à nous émouvoir, notamment dans les dernières minutes, qui donnent des frissons. 

Sam Elliott, Bradley Cooper, and Lady Gaga in A Star Is Born (2018)

Placer les personnages dans le monde de la country et du rock permet de revenir à l'essence même de la musique : la mélodie, les paroles, le sens des mots. Le film essaie avec succès de se concentrer sur ce qui fait un vrai artiste, avec en parallèle le portrait de la carrière de Lady Gaga. Cooper critique ainsi l'objectivation de la femme dans l'industrie musicale et de la perte de talent et d'authenticité des artistes ainsi que le côté éphémère des carrières musicales. C'est la phrase qui revient tout au long du film : Ally doit apprendre à conserver son authenticité, son âme dans l'industrie si elle veut durer, elle doit être capable d'exprimer ses idées et ses sentiments. Le refus d'Ally de chanter entourée de danseuses lors d'un concert est d'ailleurs un moment savoureux du film. Cooper rend affreux et obscènes les pas de danse, les chorégraphies et la musique pop apparaissent fades et sexistes. On sort du film avec la volonté d'écouter des chansons whitneyhoustoniennes ou qui sonnent rock'n'roll. Lady Gaga, pour son premier rôle, irradie l'écran et impressionne : elle est désarmante de vérité et de subtilité. Cooper, de son côté, ne démérite pas : il atteint une justesse de jeu incroyable : il est crédible et terriblement touchant en alcoolique, amant transi, chanteur et guitariste. 

Résultat de recherche d'images pour "A star is born"

Justement, la prouesse et la grande qualité du film demeurent sa musique. Qualité d'écriture,sincérité des textes, émotion, frissons générés par chaque morceau mais aussi technique qui laisse sans voix. Le film aborde une grande variété des genres, ce qui va plaire au public. C'est aussi l'occasion de découvrir l'immense voix de Lady Gaga, puissante, très riche. Les chansons deviendront à coup sur cultes. Quant aux scènes de concert, elles témoignent des talents de mise en scène de Cooper : elles sont électrisantes, euphorisantes. Que ce soient les gros plans sur les mains ou sur les instruments. Chaque scène musicale fait des étincelles grâce à une luminosité phénoménale, qui permet une immersion totale. La caméra se veut nerveuse, fébrile et la lumière aveugle régulièrement le spectateur. C'est au final une belle relecture du mythe, avec un potentiel musical et commercial génial, qui révèle un artiste et une actrice. 

óóóóóóóééé


Fiche technique
Drame musical américain réalisé et interprété par Bradley Cooper. Avec les performances de Lady Gaga (Ally), Bradley Cooper (Jack), Sam Eliott (Bobby), Andrew Dice Clay (Lorenzo), Rafi Gavron (Rez)... 2h16. Sur un scénario de Eric Roth, Will Feters et Bradley Cooper. Inspiré de l'oeuvre de William A. Wellman. Musique composée par Julia Michaels & Julianne Jordan. Chansons composées par Lady Gaga. Produit par Bradley Cooper, Todd Phillips & Lynette Howell Taylor. Sorti en 2018. 



  



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire