Translate

mercredi 13 avril 2016

WILLOW : une aventure tendre et drôle, mais parfois laide et trop dissipée

Afficher l'image d'origineDe quoi ça parle ? : Il était une fois un royaume peuplé de petits habitants apppelés les Nelwyns. Ce peuple paisible était dominé de temps immémorial par les Daikinis, gens de grand taille gouvernés par la cruelle reine Bavmorda. Or il advint qu'un prophète annonçât la naissance d'une princesse appelée à detrôner Bavmorda. La terrible reine ordonna alors de tuer céans tous les nouveaux-nés du royaume. Elora échapppa au massacre et ce fut Willow, un jeune Nelwyn féru de magie, qui la recueillit. Mais Bavmorda n'avait pas dit son dernier mot...

Mais il est bien le film ? : Je regrette d'avoir vu ce film après avoir baigné dans la saga du Seigneur des Anneaux pendant toute mon enfance. La comparaison touche des points particuliers : les deux vieilles magiciennes font directement penser à Gandalf et Saroumane. Leur combat fait d'ailleurs penser à celui des deux sorciers. Que dire du héros, nain, proche des hobbits, qui vit dans une contrée verte et paisible et se voit obligé de porter à bon port un bébé précieux. La trame, certains détails me rappellent aux souvenirs que j'ai du Seigneur des anneaux. Hélas, cela joue en défaveur du film, qui disposait certes de moins de moyens. En effet, pas de grande bataille ici, même le duel entre magiciennes s'avère bâclé, sans grand intérêt, sans ampleur, sans frissons. Lorsque le film tente des envolées épiques, tout tombe à l'eau puisque l'humour pointe le bout de son nez et annule toute épopée, tout sérieux et toute action. Ensuite, il faut l'avouer, le film est parfois laid. Que ce soient dans les personnages secondaires (cette sorcière tyrannique sans relief, ridicule dans ses crises de colère), dans ses monstres (celui à deux têtes lors de la prise du fort est d'un tel mauvais goût !) et surtout ses trolls, absolument ratés. 
Afficher l'image d'origine
Ensuite, il faut avouer que Val Kilmer est agaçant, un peu faux dans son rôle, plus à l'aise dans la dimension comique de son personnage que dans celui de chevalier courageux. Et puis cette histoire d'amour absolument nulle entre son personnage et la fille de la méchante sorcière, qui se déclenche uniquement parce qu'une voyante du début l'avait prédit et que les scénaristes s'en sont souvenus ! Heureusement, si on ne prend pas le film au sérieux, si l'on passe sur le kitsch inhérent au film, présent dans chaque scène, si l'on oublie le ridicule de certains passages (le travestissement du chevalier), on peut prendre son pied en prenant le film pour ce qu'il est : du cinéma fantastique généreux, naïf mais tendre, parfois trépidant, souvent drôle. Ainsi, Warwick Davis, d'une justesse absolue, émeut et bouleverse dans chaque scène. Il porte littéralement le film sur ses épaules, pas aidé par un casting en route libre. Ensuite, le film a le mérite et la particularité de montrer ses personnages selon leurs défauts. 
Afficher l'image d'origine
Willow a du mal à exercer la magie, le chevalier s'avère aussi lâche que risible, la grande magicienne apparaît sous forme de chèvre et de souris, les deux compagnons gnomes ont un désir d'alcool et ne sont pas très finauds... Le film emploie les défauts et les maladresses de ses personnages pour mieux servir le spectacle, pour donner lieu à des gags qui font parfois mouche. Il faut l'admettre, on se prend d'affection pour Willow et on tend à s'intéresser à sa quête, sa mission, son devoir et son honneur. On assiste à un divertissement pas inoubliable, mais qui distille un charme imprévu : la tendresse du héros et la relation qu'il noue avec le chevalier rendent trépidante cette aventure, apportent un soupçon d'humanité à une aventure quand même au delà des hommes. Il y a aussi de très belles scènes, comme celle dans la neige, où celle près d'un lac. On rit énormément notamment grâce à la magicienne qui prend diverses formes insolites durant tout le film. Ne tenant pas la comparaison avec Le Seigneur des Anneaux, Willow est un petit plaisir coupable, pas désagréable même si l'idiotie des personnages finit par être barbante et nuire au film, et surtout très généreux, destiné aux enfants. 


Willow
Réalisé par : Ron Howard
Avec les performances de : Warwick Davis, Val Kilmer, Joanne Whalley, Tony Cox, Kevin Pollak, Jean Marsh, Billy Barty...
Qui dure : 125 minutes
Dans le genre : Fantastique
Qui vient des : Etats Unis
Sorti en France le : 2 novembre 1988
Studio : Imagine Entertainment/Lucasfilm
¶¶¶¶¶¶

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire