Translate

lundi 30 novembre 2015

MISERY : un duel captivant et très fort sur l'admiration aveugle

Afficher l'image d'origineDe quoi ça parle ? : Paul Sheldon, romancier et créateur du personnage de Misery dont il a écrit la saga est satisfait. Il vient enfin de faire mourir son héroïne et peut passer à autre chose. Il quitte l'hôtel de montagne où il a l'habitude d'écrire et prend la route de New York. Pris dans un violent blizzard, sa voiture dérape dans la neige et tombe dans un ravin. Paul Sheldon doit son salut à Annie Wilkes, infirmière retraitée qui vit dans un chalet isolé. Annie est justement une supporter inconditionnelle de la belle Misery.

Mais il est bien le film ? : Changeant complètement de registre après Princess Bride, Rob Reiner essaie de faire un thriller modeste mais aussi prenant que possible. Pari réussi quand on voit le résultat. Il y a tout d'abord deux personnages magnifiquement écrits, aussi complexes que bouleversants tous les deux. Paul Sheldon est un écrivain reconnu pour ses best sellers vendus à des millions d'exemplaires. Il paraît arrogant, sûr de lui, à l'aise avec la caméra, parfois méprisant. Mais Reiner décide de montrer un virement de personnalité brutal, ou plutôt la disparition d'une carapace qui pesait trop lourd. Le romancier se transforme en proie idéale, sans défense mais beau parleur, manipulateur et menteur. Reiner réussit à nous le rendre sympathique, presque attachant malgré son caractère parfois agaçant et sa méchanceté aveugle et discrète. En face, il y a la plus grande fan du romancier. Elle se montre bienveillante, attendrissante, douce, paisible, si adoratrice qu'elle pomponne son idole comme une mère. 
Afficher l'image d'origine
Puis, à quelques reprises, elle révèle une autre facette de sa personnalité : impulsive, agressive, violente, avec toujours cette adoration qui, cette fois, l'amène à commettre des actes effrayants et barbares. La force du film réside justement dans ce basculement récurrent d'une personnalité à l'autre de chaque personnage. Ils se font miroir dans leurs expressions. Quand l'une s'énerve, l'autre est sur la défensive. On observe alors des ruptures de ton lorsque la sérénité laisse place à une tension si intense qu'elle en devient étouffante. Les crises d'Annie sont pour la plupart inattendues, surprenant le spectateur, le captivant à chaque seconde. Ce dédoublement de personnalité, cette schizophrénie, les deux personnages la possèdent mais l'un des deux mène la danse. La réussite du film réside à alterner scènes paisibles, calmes, chaleureuses, et scènes terrifiantes, pétrifiantes, tétanisantes. Le film dresse un portrait de la folie assez fantastique. En effet, cette fan inconditionnée de l'auteur s'avère à la protectrice et possessive, adorable et effroyable. 
Afficher l'image d'origine
Le duel qui s'effectue entre les deux résidents de la maison, seul lieu vraiment important du film, devenu donc un huis-clos, est fracassant : l'auteur répond à la violence et l'aggressivité de son hôte par une méchanceté et une hypocrisie très dérangeantes. Ce match qui oppose deux monstres, l'une malgré elle, l'autre volontairement, se révèle captivant, aidé par des retournements de situation plutôt succulents : après avoir offert une table et une machine à écrire à son auteur favori, Annie lui brise les pieds. Kathy Bates a un regard si fou, si pénétrant, si étrange que James Caan se doit d'assurer de son côté : il est machiavélique, félin à souhait. Rob Reiner enveloppe le tout de petits détails importants, habilement distinctifs (des figurines, du fil de fer, l'immaturité d'Annie) mais aussi par une mise en scène étouffant, claustrophobe, aussi glaciale que le ton est dérangeant. Au final, Misery montre avec une force incroyable jusqu'où peut aller l'amour d'une fan (scènes d'incendie de manuscrit cinglantes), jusqu'où peut aller l'amour en général (scène de dîner en apnée). 


 Misery
Fiche technique
Réalisé par : Rob Reiner
Avec les performances de : Kathy Bates, James Caan, Julie Payne, Lauren Bacall, Richard Farnsworth... 
Qui dure : 107 minutes
Dans le genre : Thriller
Qui vient des: Etats Unis
Sorti en France le : 13 février 1991
Studio : Castle Rock Entertainment/Nelson Entertainment
¶¶¶¶¶¶¶¶

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire