Translate

mardi 19 mai 2015

AU PAYS DU SANG ET DU MIEL : le premier film d'Angelina Jolie est une tragédie romantique trouble et perturbante, sur fond de film de guerre coup de poing et glacial, d'une dureté incomparable

AU PAYS DU SANG ET DU MIEL (IN THE LAND OF BLOOD & HONEY)

De quoi ça parle ? : Alors que la guerre fait rage en Bosnie, Danijel et Ajla se retrouvent dans des camps opposés malgré ce qu’ils ont vécu. Danijel est un soldat serbe et Ajla une prisonnière bosniaque retenue dans le camp qu’il surveille. Pourtant, avant le conflit, l’un et l’autre partageaient d’autres sentiments. C’était une autre vie, avant la barbarie, avant que cet affrontement ethnique violent ne prenne leur futur en otage. A nouveau face à face dans cet épouvantable contexte, leur relation devient complexe, ambiguë, incertaine. La guerre a miné leur lien. Voici leur histoire, bouleversante, écrasée par l’effroyable poids qu’une guerre fait peser sur des gens simples qu’aucun pouvoir politique ne semble vouloir sauver.
 
Mais il est bien le film ? : L'affiche, assez sublime, et le sujet, auguraient le meilleur pour la première réalisation d'Angelina Jolie. On avait raison. Elle signe un film de guerre hors des sentiers battus, frontal, douloureux et tragique. Elle donne à son film un climat assez insoutenable, fait de peur, d'alerte et de suspense. Tous les personnages parlent peu, dans les rues. Tous les personnages peinent à sortir, hésitent à sortir. On entend des bruits d'explosions, de bombes. Le climat d'insécurité qu'impose la réalisatrice impressionne. Elle maîtrise entièrement son atmosphère pour en aborder tous les recoins. De plus, cette neige glaciale, en adéquation avec la froideur des gestes et des actes commis lors de la guerre, renforce le sentiment de crainte, de terreur. Jolie s'intéresse au sort des femmes, puisqu'elle exécute brutalement les victimes mâles lors d'une scène à la tension insoutenable, où tout peut arriver, surtout le pire. Elle filme avec recul mais intensité la sélection des femmes. De manière effrayante, brute et directe, elle montre leur arrivée dans un camp, ce qu'elles sont obligées d'y faire, les supplices de l'arrivée. La neige, comme on l'a dit plus haut, rend le ton du film glacial, presque sans humanité, terrifiant, affreux, monstrueux. 
Heureusement, la réalisatrice laisse hors champs, par la suggestion, les moments les plus atroces : le viol d'une jeune adolescente tout juste pubère, ou le bébé jeté par la fenêtre qu'on ne verra pas mais qu'on arrive à comprendre, ce qui s'avère révoltant. La scène où la soeur de l'héroïne se rend dans la rue et étreint son bébé mort sous la neige a de quoi percuter l'écran et rester dans les mémoires. Cette douleur sourde qui naît sous nos yeux, on la partage. Jolie émeut mais surtout remue, par des faits plus incroyables les uns que les autres. Dans ce monde de brutes où les soldats se défoulent sur les femmes, où les races se détestent (la réalisatrice a d'ailleurs un point de vue externe mais pertinent sur cette haine réciproque avec des scènes planantes mais déchirantes), Jolie tisse cependant une histoire d'amour ambiguë, trouble, mais qui révèle un soupçon d'humanité. La relation qu'elle noue sous nos yeux se révèle plus qu'étrange. La première scène donne à voir un couple épanoui, plein de passion et très proche. Puis la réalité de la guerre survient et vient rendre floue leur relation. Une relation tour à tour en forme de rapport de force, d'intimidation mutuelle, de miséricorde, d'amour. 
La jalousie naît également et la réalisatrice en fait le dernier acte tragique de son histoire : en voulant protéger sa bien aimée mais à cause de son devoir, le héros laisse la jeune artiste aux mains des hommes, qui la violent, et qui produit un sentiment de honte, de trahison, de déshonneur total chez le soldat. Sous le poids des valeurs familiales, remarquablement décryptées, ce soldat n'a d'autre choix, dans une scène renversante et à la dureté incomparable, que de tuer sa bien aimée. La réalisatrice n'en oublie pas le front et le conflit, avec des scènes de guerre d'une audace folle comme celle des boucliers humains, pétrifiante, et celle de la fuite de la jeune héroïne, qui se révèle elle assez traumatisante puisqu'elle se retrouve obligée de se protéger avec des cadavres. Si la vision de la rébellion reste inaboutie, Jolie signe une histoire d'amour assez déchirante, portée par deux interprètes d'une étonnante fusion mais aussi d'un caractère et d'une finesse de jeu stupéfiants, dans une relation plus trouble que jamais, en contraste avec le film de guerre, audacieux et direct, sans réelles ambivalences, toutefois fragmenté par des scènes douces et lyriques comme celle dans le musée.  


 Au Pays du Sang et du Miel
Fiche technique
Réalisé par : Angelina Jolie
Avec les performances de : Zana Marjanovic, Goran Kostic, Vanessa Glodjo, Feda Stukan, Rade Serbedzija... 
Qui dure : 124 minutes
Dans le genre : Drame, guerre
Qui vient des : Etats Unis
Sorti en France le : 29 février 2012
Studio : GK Films
¶¶¶¶¶¶¶¶

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire