Translate

dimanche 22 février 2015

CRITIQUE : Une étude complète et pertinente sur la débauche et la fureur des étudiants portée par de prometteurs interprètes mais qui peine à en dire plus

The Riot Club : Photo Sam ClaflinTHE RIOT CLUB

De quoi ça parle ? :  Le Riot Club est réservé à l’élite de la nation. Ce cercle très secret d’Oxford fait de la débauche et de l’excès son modèle depuis 3 siècles. Miles et Alistair, deux étudiants en première année, ne reculeront devant rien pour avoir l’honneur d’en faire partie...

Mais il est bien le film ? : A première vue, il s'avère très compliqué d'aimer le film. En effet, le film n'avance pas vraiment. Le schéma narratif ne fait que répéter ce que beaucoup d'autres films ont fait avant lui : un jeune homme intègre une bande de dégénérés appartenant à un club très fermé dans une université. Le film n'ose pas se démarquer des précédentes versions d'un scénario vu mille fois. Non, pas de sous intrigues qui auraient permis d'étoffer le tout, pas d'allusion à d'autres personnages. De plus, les personnages féminins ont du mal aussi à exister. Normal, le film se concentre sur une bande de potes. Les personnages restent cependant très fades, faiblement écrits. Heureusement, les actrices apportent un peu de relief grâce à leur jeu : la malicieuse Natalie Dormer une fois de plus incroyable malgré à peine cinq minutes à l'écran et le talent prometteur de la mignonne Holliday Grainger. Mais vous aurez compris, le film ne verse pas dans l'originalité et néglige ses femmes, qui deviennent des faire valoirs physiques tout sauf importants. Elles vivent d'ailleurs chacune une humiliation. Le film, ensuite - on l'a dit - n'avance pas. Ou du moins ne définit pas proprement ses objectifs et la direction où il veut aller, si bien que la fin sonne presque faux et le film respire alors l'inachevé. Lone Scherfig n'a rien bâclé malgré ces gros défauts. 
The Riot Club : Photo Ben Schnetzer, Freddie Fox
Elle s'est précoccupée de l'essentiel, en sacrifiant des éléments qui auraient pu faire de THE RIOT CLUB un grand film. L'écriture ne brille pas par son génie ou sa finesse. Mais heureusement, THE RIOT CLUB saisit son sujet : les déboires et le cercle infernal de ce groupe d'universitaires. La réalisatrice a bien cadré son sujet, de sorte qu'aucun autre élément ne vienne piétiner (on peut quand même le regretter). Ainsi, elle traite son sujet dans la forme comme dans le fond, avec souvent une forme illustrant à la perfection le fond. La débauche et la fureur dont font preuve ces jeunes diplômés, leur non respect des personnes inférieures à eux et leur dégénérescence font mouche, impeccablement filtrées et captées par la réalisatrice, qui a compris l'esprit de ces jeunes qui ne pensent qu'à profiter. Un constat peut être un peu décadent, démoralisant mais dont la réalisatrice s'empare pour l'utiliser jusqu'à l'os. En effet, elle a tout compris et nous montre, jusqu'à l'excès parfois, cet esprit décadent. La fureur rugit de l'écran et atteint une virtuosité étonnante. Malgré tout, on peut parfois voir le film tourner en vain ou à vide. Il ne dit qu'une seule chose : les jeunes riches et gâtés, qui plus est couronnés de succès, sont pourris. Mais la réalisatrice, en dépit du faible propos, l'épaissit et en montre tous les caractères. Au final, grâce à de jeunes interprètes formidables et prometteurs (mention spéciale à Douglas Booth qui se montre étonnant et à Sam Reid, saisissant alors que Claflin et Irons ont parfois du mal dans certaines scènes), THE RIOT CLUB traite formidablement, avec honneur, précision et clarté, son sujet, de façon complète où l'on n'a rien à redire mais néglige peut être tout le reste, qui empêche le film de tutoyer les sommets. 


 The Riot Club
Fiche technique
Réalisé par : Lone Scherfig
Avec les performances de : Max Irons (Miles), Sam Claflin (Alastair), Douglas Booth (Harry), Sam Reid (Hugo), Freddie Fox (James), Ben Schnetzer (Dimitri), Matthew Beard (Guy), Holliday Grainger (Lauren), Jessica Brown Findlay (Rachel), Nathalie Dormer (Charlie)...
Qui dure : 107 minutes
Dans le genre : Drame
Qui vient du : Royaume Uni
Sorti en France le : 31 décembre 2014
Distribué par : Paramount
¶¶¶¶¶¶¶¶

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire