Translate

mardi 24 février 2015

CRITIQUE : La récréation des Wachowski : démesuré, intelligent, splendide dans son esthétique, trépidant dans l'action, propre à ses réalisateurs = unique en son genre malgré les références

Jupiter : Le destin de l'Univers : PhotoJUPITER ASCENDING

De quoi ça parle ? : Née sous un ciel étoilé, Jupiter Jones est promise à un destin hors du commun. Devenue adulte, elle a la tête dans les étoiles, mais enchaîne les coups durs et n'a d'autre perspective que de gagner sa vie en nettoyant des toilettes. Ce n'est que lorsque Caine, ancien chasseur militaire génétiquement modifié, débarque sur Terre pour retrouver sa trace que Jupiter commence à entrevoir le destin qui l'attend depuis toujours : grâce à son empreinte génétique, elle doit bénéficier d'un héritage extraordinaire qui pourrait bien bouleverser l'équilibre du cosmos…

Mais il est bien le film ? : Certes les Wachowski ont perdu l'ambition et l'ampleur cinématographiques de leur bijou CLOUD ATLAS. Certes, la narration s'avère moins prodigieuse. Certes, le mystère et la poésie ont été un peu chamboulés. Si JUPITER n'atteint pas les sommets de CLOUD ATLAS, il n'en demeure pas moins un régal qui se savoure d'autant plus qu'il se veut coupable. Oui, on en prend plein les yeux. Effets spéciaux mirobolants, des plus stylisés, scènes de poursuite vraiment haletantes et trépidantes, cascades en cascade, destructions, explosions... On en a pour son argent, surtout si vous choisissez la 3D. Mais cette dernière vaut pour la création des deux auteurs, pardon, des deux créateurs. En effet, on admire le travail des deux Wachowski qui ont réussi à dessiner, confectionner des mondes assez splendides (comme celui où vit Douglas Booth). L'esthétique des planètes change, reflétant peut être la psychologie des trois souverains de l'univers : de la coquetterie pour la soeur, de la sensibilité pour Douglas et de la démesure industrielle pour Eddie (auréolé d'un Oscar, bravo !). Chaque monde révèle ses secrets et surtout ses merveilles. Pour cela, les Wachowski sont donc de grands orfèvres, créant des mondes différents, avec une intelligence rare. Ensuite, dans l'action, on ne peut nier leur style certain, leur singularité, leur personnalité, leur art en somme. 
Jupiter : Le destin de l'Univers : Photo
La scène de poursuite se veut d'une poésie infinie, ce qui est rare d'habitude, puisque les traits suivant les deux héros font penser à une poursuite dans la mer alors qu'on est dans le ciel. Le film se montre virevoltant, léger, romanesque et avec un parfum de révolte. Ces scènes d'action reflètent donc le talent des Wachowski à proposer de l'action comme on en montre plus : fine, avec un vrai style propre à des auteurs, ne copiant pas sur les autres. Ainsi, JUPITER trouve donc son trou parmi les films de science fiction grâce à la pâte des auteurs qui se retrouve dans chaque plan, dans chaque essai de mise en scène. Le film est d'ailleurs mené à un rythme soutenu, toujours à l'affût, pressé, comme si les réalisateur signaient leur dernier film. Ensuite, en dehors de ces graphismes somptueux, de la qualité de la mise en scène, les Wachowski délivrent des messages, critiquent des institutions en arrière plan. De manière métaphorique, la banque est vivement attaquée, avec notamment les placements financiers et la corruption qui y règne, figurée par ce grand spatioport où l'on demande sa fortune. Ensuite, le capitalisme est constamment victime d'un réquisitoire, avec de nombreuses critiques : nous sommes prêts à tout marchander, même la vie, l'échelle humaine est trop petite et fait partie d'une industrie encore plus capitaliste. 
Jupiter : Le destin de l'Univers : Photo
Si la critique du capitalisme ressort, ce sont surtout ses failles et ses dérives que les réalisateurs déploient : le pouvoir détenu par les riches, dont le monologue du roi de l'univers est assez significatif et éclaire sur le sujet. Ensuite, il y a évidemment des thèmes chers aux auteurs : l'amour, au début indicible, inavouable qui se révèle peu à peu, la révolte  avec le combat de la soumission, le non respect des ordres, la liberté avec notamment l'imagination et l'audace mais aussi et surtout une référence à une entité supérieure. Les humains sont visés pour se croire au centre de la galaxie; Les Wachowski prétendent que nous ne représentons qu'un point insignifiant dans la galaxie. Ensuite, ils signent une véritable tragédie grecque, à échelle galactique, qui fonctionne et donne une certaine ampleur au film. De plus, l'héroïne qui ne croit pas en son destin, le garde du corps timide, les retournements de situation, les nombreux gags prouvent que les auteurs n'oublient pas leur public et, surtout, signent un film mais, au final, malgré les références et les modèles, ce film leur appartient et pourrait même se décliner en une dizaine de films, traités chacun avec une distance nécessaire pour qu’aucun thème ne vienne parasiter les autres. Ainsi, JUPITER est un joli spectacle, démesuré, implacable, enivrant, qui surprend toujours et ne ressemble qu'aux Wachowski. 


 Jupiter : Le destin de l'Univers
Fiche technique
Réalisé par : Andy et Lana Wachowski
Avec les performances de : Mila Kunis, Channing Tatum, Eddie Redmayne, Sean Bean, Douglas Booth, Tuppence Middleton, Gugu Mbatha Raw, Donna Bae, James D'Arcy...
Qui dure : 123 minutes
Dans le genre : Science fiction
Qui vient des : Etats Unis
Sorti en France le : 4 février 2015
Distribué par : Warner Bros 
¶¶¶¶¶¶¶¶

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire