Translate

mardi 27 janvier 2015

CRITIQUE : un univers esthétique original et somptueux, des idées sur l'au-delà assez singulières pour une épopée à la fois pleine de souffle mais qui nage dans les clichés

La Légende de Manolo : PhotoLA LEGENDE DE MANOLO

De quoi ça parle ? : Depuis la nuit des temps, au fin fond du Mexique, les esprits passent d’un monde à l’autre le jour de la Fête des Morts. Dans le village de San Angel, Manolo, un jeune rêveur tiraillé entre les attentes de sa famille et celles de son cœur, est mis au défi par les dieux. Afin de conquérir le cœur de sa bien-aimée Maria, il devra partir au-delà des mondes et affronter ses plus grandes peurs. Une aventure épique qui déterminera non seulement son sort, mais celui de tous ceux qui l’entourent.

Mais il est bien le film ? : Alors que tout commençait mal avec une introduction poussive et mal fagotée, incluant un conte dans un autre, heureusement, on respire et on apprécie le voyage sur les pas de Manolo. Bon, commençons par les points négatifs. Tout d'abord, le film se base sur la naïveté de son histoire, peut être trop d'ailleurs. Ainsi, on a affaire à une jolie histoire d'amitié, d'amour et de bravoure. La partie sur l'enfance bénéficie de cette naïveté car elle correspond bien à l'âme d'enfant. Ainsi, l'innocence mais aussi l’insouciance se reflètent bien et les trois petits enfants deviennent vite très attachants. Il s'agit sans doute de la partie la plus réussie du film, alliant avec malice l'humour et l'enfance à travers le combat de deux enfants contre un torero. Puis, malheureusement pour nous, le film devient gnangnan à souhait. On nous ressert l'éternel duel amoureux entre deux fidèles amis amoureux de la même fille. Qui aura sa main ? Le réalisateur s'amuse à semer des fausses pistes, à glorifier ses héros chacun leur tour, à les ridiculiser et rabaisser sans arrêt. Evidemment, ils sont diamétralement opposés.  L'un aime jouer de la musique et chante bien (en VO uniquement) tandis que l'autre se base plus sur ses muscles que sur sa poésie. Ce duel assez insignifiant, reposant trop sur des clichés, ne tire aucune larme au spectateur. Les sentiments paraissent artificiels. La jeune fille joue la séduction et surtout l'indécise mais son hésitation ne fait qu'énerver le spectateur qui trouve les deux héros tous les deux persuasifs. 
La Légende de Manolo : Photo
Si les muscles de Joaquin se montrent attirants, c'est le jeune Manolo qui emporte notre adhésion. Hélas pour nous, il meurt en se sacrifiant pour sauver sa belle. Malheureusement ? Non. Pendant que le film nous sert les préparatifs d'un mariage bien niais et mal écrit dans le monde des vivants, l'épopée de Manolo pour retrouver sa belle se poursuit dans celui des morts. On le concède : se battre pour retrouver son amour sent le cliché à dix kilomètres. Mais la vision du réalisateur sur le paradis et les enfers a de quoi intriguer. En effet, sa vision se distingue des autres. Il n'existe pas de paradis ou d'enfers mais un espace pour les êtres dont on se souvient et ceux dont on a oublié le nom. Cette liberté par rapport aux idées reçues sur l'au-delà fait du bien, malgré des noms un peu ridicules, adaptés aux enfants. Mais justement, le parcours de Manolo se révèle assez rythmé et entrainant. On suit ses péripéties en admirant l'originalité de ses épreuves jusqu'à une dernière qui mêle humour dans les gradins et souffle épique sur la piste. Ensuite, on ne peut nier que le film a des qualités esthétiques. Si le contraste entre les deux au-delà n'est guère fin, les graphismes sont magnifiques, apportant un peu d'exotisme et de singularité, avec des personnages qui ne ressemblent pas aux clichés du genre, avec des graphismes qui plairont ou déplairont. Néanmoins, le film ose des choses esthétiques, idéologiques, et l'on s'attache aux personnages même s'ils restent des clichés ambiants. 


 La Légende de Manolo
Fiche technique
Réalisé par : Jorge R. Guttierez
Avec les performances de : Diego Luna (Manolo), Zoe Saldana (Maria), Channing Tatum (Joaquin), Christina Applegate (Mary Beth), Hector Elizondo (Carlos Sanchez)... 
Qui dure : 97 minutes
Dans le genre : Film d'animation
Qui vient des : Etats Unis
Sorti en France le : 22 octobre 2014
Distribué par : 20th Century Fox
¶¶¶¶¶¶¶¶¶

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire