Translate

samedi 27 décembre 2014

MUSIC 2014 : ON REMBOBINE

Bon, cette année 2014 aura été marquée par la confirmation de deux stars américaines, qui ont su marquer leur territoire dans le monde entier et étendre leur légion de fans. La première, qui en octobre a sorti son cinquième album intitulé "1989", en rapport avec sa date de naissance, a contrôlé de nombreuses semaines, et à deux reprises, le top 50 de nombreux pays. Avec son savoureux SHAKE IT OFF, elle a séduit plus de 410 millions d'internautes, puis a récidivé avec l'entêtant BLANK SPACE, vu 247 millions de fois sur Youtube. La jeune artiste qui vient de fêter son quart de siècle sur Terre peut se vanter de toujours autant fonctionner, principalement aux USA mais son public s'élargit de par le monde. Mais attention. Une autre jeune artiste américaine risque de la détrôner, à cause d'un nombre de fans de plus en plus important. Il s'agit d'Ariana Grande, diva RNB qui compte bien s'imposer. En plus, ça marche. Quand elle chante pour Noël, tout le monde passe en boucle son SANTA TELL ME durant le repas. Quand elle veut prouver ses qualités divaesques, il lui suffit de chanter LOVE ME HARDER. Elle est aussi à l'aise dans le registre électro, où son BREAK FREE a dépassé les 225 millions de vues sur Youtube et dans le rap/RNB avec sa collaboration avec Iggy Azzalea pour PROBLEM, énorme carton de l'été, vu plus de 347 millions de fois sur le net. Si l'on ajoute sa participation au trio de choc de BANG BANG, on tient là la concurrente la plus sérieuse pour détrôner Taylor. 

Du côté des groupes qui remplissent les stades, on assiste aussi à une sorte de passage de flambeau assez remarquable. Alors que les membres de Coldplay ont signé l'hymne inofficielle de la Coupe du Monde et se sont rapprochés d'un style plus populaire et plus dansant, les membres d'Imagine Dragons ont opté, eux, pour un style plus affirmé, plus original. En témoignent les singles WARRIORS, qui fait sonner le tonnerre à chaque écoute, I BET MY LIFE qui fait hurler la foule de plaisir et de révolte, ON TOP OF THE WORLD qui réjouit la planète entière et DEMONS qui exhorte tous les cauchemars des fans. Si Coldplay a misé au début de l'année sur MAGIC, le succès n'a pas été au rendez-vous malgré la beauté de la chanson, et du clip disons-le franchement. Les clips, Imagine Dragons s'en sort mieux. En revisitant tout Hollywood dans ON TOP OF THE WORLD ou en tournant sous l'eau pour I BET MY LIFE, les membres ont fait preuve d'innovation et d'audace visuelle. La relève est assurée.

 
Autre héritage, celui que lègue Nicki Minaj à Iggy Azalea en 2014. Nicki Minaj n'a pas brillé cette année. Son ANACONDA a été jugé à caractère sexuel trop osé, ce qui ne l'a pas empêché de devenir un phénomène par ailleurs, son ONLY a été jugé antisémite et a nécessité ses excuses, sa collaboration avec deux stars dans BANG BANG l'a un peu déshonoré. Reste le fabuleux PILLS N POTIONS, très belle chanson écrite de sa main, aux mélodies sensuelles et reposantes, loin de la force de ses précédents tubes. Sauf que cette chanson a peu fonctionné. La raison ? Il semblerait que ce soit la faute à Iggy Azalea, la Pitbull des femmes. Elle a enchainé les collaborations qui, pour elle, ont fonctionné, contrairement à Nicki. On parle évidemment du FANCY, passé en boucle cette année à la télé comme à la radio ainsi que dans les cours de récré, de PROBLEM, qu'elle a signé avec Ariana Grande, sans oublier NO MEDIOCRE, carton chez les amateurs de rap US, ou encore BLACK WIDOW, dont le clip a fait fureur ainsi que le refrain devenu culte. Elle totalise avec sa chaine Youtube, en seulement un an, plus d'un milliard de clics. Nicki Minaj n'a pas eu cette chance cette année et doit se faire à l'idée que son temps est révolu et qu'elle doit laisser la place à Iggy, qui saura reprendre le flambeau. 

On les adore ou on les déteste mais elles sont en passe de devenir les stars de demain. On met beaucoup d'espoir en elles pour dynamiter la pop. La première se nomme Charli XCX. NOS ETOILES CONTRAIRES vous a soit fait pleurer soit fait sortir au bout de dix minutes de la salle de cinéma. Mais une chose est sûre : la musique du film a cartonné. Qui en est la créatrice ? Charli bah tiens. Son BOOM CLAP a résonné tout l'été - et après aussi - dans les têtes et elle semble bien partie pour décrocher l'Oscar. Si on ajoute le succès de FANCY et l'esprit rock'n'roll et rebelle de BREAK THE RULES, on tient là une star en devenir. La deuxième n'aime pas les photos si bien qu'elle n'apparaît jamais dans ses clips. C'est Sia évidemment. Après avoir donné de la voix pour David Guetta il y a deux ans, elle a pris son envol cette année avec une chanson qui exorcise ses auditeurs intitulée CHANDELIER, dont le clip n'est pas passé inaperçu. Et puis elle a accompagné Eminem sur la bande son du film EQUALIZER, beau succès en salles; Quoi qu'elle fasse, ses mélodies sont déprimantes mais permettent de rejeter tous les maux qui nous passent par la tête, notamment grâce à BIG GIRLS CRY, qui fait pleurer. La troisième a eu la chance de squatter le top du top 50 durant de nombreuses semaines aux USA. Elle se nomme Meghan Trainor et ne vous est pas inconnue. Si vous n'avez jamais entendu son ALL ABOUT THAT BASS, c'est que vous êtes sourds ou que vous habitez une autre planète. Elle revient en 2015 avec LIPS ARE MOVING. Prions pour que ce nouveau single n'entre pas dans la tête si facilement. La dernière se nomme Ella Henderson, elle est anglaise et fait d'office penser à Adele. Qu'elle chante pour chasser les fantômes dans GHOST ou pour gonfler les manifs étudiantes dans GLOW, la jeune artiste a une voix puissante, pure et en dentelles, comme le montre le sublime YOURS où sa voix flanche pour le bonheur de nos oreilles. 

Ils ont du talent à revendre et espèrent bien compter dans les années à venir. Certains comptent déjà. Le choix est simple : deux britanniques, deux américains. Troye Sivan a ému la terre entière par son courage lorsqu'il prend la parole en public. Il a aussi révélé un timbre particulier avec HAPPY LITTLE PILL au printemps dernier le propulsant au rang de révélation pop de la décennie, après avoir joué Wolverine enfant au cinéma. Son style si singulier et si moderne en font l'artiste à suivre. Ensuite, Nick Jonas a réussi à se détacher de ses frères pour voler de ses propres ailes. Il a coupé les CHAINS qui le retenaient à sa famille avec une chanson un peu givrée, puis s'est offert une balade romantique avec JEALOUS où il témoigne de la jalousie des hommes, comme des femmes. Son single TEACHER n'est pas passé inaperçu avec une sensualité digne des grands, boostée par ses séances photos. Chez les anglais, l'année a été remarquable. Deux jeunes talents se sont opposés dans les charts et ont triomphé. Le premier est blond comme jamais. Il a un timbre de voix sublimement grave, posé et pur. Son BUDAPEST a fait le tour du monde tandis que BLAME IT ON ME a confirmé son talent jusqu'à proposer à Gandalf d'apparaître dans un de ses clips en chemise rose. Sam Smith, de l'autre côté, a une voix féminine, complexe et puissante mais tellement fragile. Il a enchainé les tubes, redonnant espoir dans une musique pop and soul en retour. Son I'M NOT THE ONLY ONE redonne espoir en les femmes, son RESTART est une merveille, son STAY WITH ME a raisonné dans les coeurs, son LATCH a crié dans les boîtes de nuit et son LIKE I CAN a fait courir beaucoup d'hommes. 

Que deviennent les stars féminines internationales, installées dans le métier depuis déjà quelques années ? Et bien, la situation est plus qu'étrange pour chacune d'elles. Katy Perry, par exemple, a ému la terre entière et réconcilié bien des couples avec l'aide de son UNCONDITIONALLY, quand elle essuie la polémique de son clip DARK HORSE ou le flop de THIS IS HOW WE DO, jugé indigne d'elle. Reste BIRTHDAY qui a fait dansé sans trop faire de bruit. Avant de rugir avec la suite de ROAR ? Beyoncé, de son côté, a sombré dans les abysses. On lui pardonne sa médiocre collaboration avec son mari sur DRUNK IN LOVE, petite pause hip hop pour la chanteuse. Le tube XO a cartonné en Asie mais pas dans le reste du monde, ce qui est curieux mais décevant. Le titre PRETTY HURTS a fait le buzz la semaine de sa sortie puis s'est replié sur lui. On n'avait plus d'espoir et voilà qu'elle nous sort le minable 7/11 qu'elle a chanté dans son appart en pijama avec ses potes. Beyoncé s'effondre mais remontra-t-elle la pente pour nous livrer un nouveau I WAS HERE ? De son côté, Shakira a également eu du mal. Son duo avec Rihanna a fonctionné mais n'a guère impressionné ni marqué les esprits. Son hymne de la coupe du Monde a été remodelé on ne sait combien de fois pour au final de la guimauve saupoudrée d'un peu d'électro basique et chiant. Sait-elle parler ? Après WAKA voici LALA. Heureusement, elle nous a enchantés avec le joli EMPIRE, passé malheureusement inaperçu. Celle qui s'en sort le mieux c'est Lady Gaga. Qu'elle signe le duo le plus improbable, le plus sexy et le plus dément de l'année avec DO WHAT U WANT, qu'elle redonne un peu de vieux à la dance avec GYPSY ou qu'elle s'abandonne au jazz avec Tony Bennett, son année a été passionnante à suivre. On lui souhaite de continuer sur cette voie. 

Curieusement, les mégastars masculines s'en sont mieux sorties en 2014. Stromae, chez nous, a confirmé son succès avec le clip démesuré et original de TOUS LES MEMES, hymne au troisième sexe. Il a aussi rendu ses hommages dans AVE CESARIA, avec des sons plus exotiques qu'auparavant. Il a surtout fait dansé la planète avec TA FETE, hymne de la Belgique à la Coupe du Monde, sans oublier son SOMMEIL qui marque l'histoire de la chanson française. Quoi qu'il fasse, il marque les esprits. Il est temps pour lui de faire une pause et de revenir dans un an avec de nouveaux classiques musicaux. Il est anglais, il est roux, il a un peu de poids. Ed Sheeran a su séduire le public malgré trois adjectifs peu flatteurs. Il réconcilie les couples avec THINKING OUT LOUD, il fait danser le monde entier avec SING et en profite pour donner du courage et de la raison aux jeunes avec DON'T. Pendant ce temps, il surfe sur l'immense succès de I SEE FIRE, devenu culte, tiré de la BO du HOBBIT. Pharrell est l'homme de l'année 2014, ou plutôt le chanteur. Il totalise cette année 178 semaines à la place de numéro 1 dans les charts du monde entier avec son HAPPY, chanson de l'année par excellence, tirée là aussi d'une BO de film pour enfants avec le méchant et moche GRU. Mais sa collaboration GUST OF WIND avec les Daft Punk prouve son élégance et ses choix singuliers. Reste Bruno Mars qu'on a eu peur d'avoir perdu en début d'année, qui est revenu tel un roi de la pop avec un titre qu'on n'attendait pas de lui intitulé UPTOWN FUNK, numéro un partout dans le monde en cette fin d'année, comme pour rappeler qu'il reste le roi légitimé, l'hériter de Michael Jackson. 



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire