Translate

dimanche 11 mai 2014

WITHOUT A WORD (PART III)

Julien erre dans les rues, ne sachant que faire. Il se cogne la tête contre un mur, efface de ses contacts Pierre et croise Sophie. La jeune fille cherche Pierre. Julien lui apprend que Pierre veut plus jamais la voir car cela nuit à leur amitié. Sophie, déçue par cette réponse, quitte Julien en pleurant. Julien lui demande si elle veut être consolée mais la jeune fille ne se retourne pas et n'adresse à Julien qu'un doigt d'honneur. Julien reprend sa route. Il arrive devant une boutique d'armes. Il commande une arme feu de calibre 35. Il désire une seule balle, que le vendeur lui offre. Il repart ensuite en direction de sa maison. Tifaine, la tante de Julien, rend visite aux parents du garçon. Elle sonne deux fois à la porte mais c'est finalement Pierre qui vient lui ouvrir. Ne connaissant pas le jeune homme, elle reste muette puis lui demande qui il est. Il répond être un ami de Julien. Il dévoile son nom à Tifaine qui, à l'écoute, recule d'un pas. Stéphanie arrive sur le seuil de la porte et invite sa tante à entrer. Tifaine entre dans la maison en fixant d'un regard étrange le jeune Pierre. 

Tifaine demande à Stéphanie de ramener les parents dans la cuisine, elle a à leur parler. Pierre lui prépare un café. Stéphanie revient avec ses parents, qui saluent tous deux Tifaine. Tifaine a un visage grave, presque triste. Elle désire que Pierre sorte de la cuisine. Les parents ne sont pas de cet avis. Cependant, Pierre annonce qu'il va finir la partie de console avec Edouard, comme s'il comprenait que la conversation allait porter sur lui. Stéphanie reste avec ses parents et sa tante. Fabienne ferme la porte de la cuisine délicatement. Tifaine prend la parole. Elle dit qu'elle a remarqué que Pierre s'était bien intégré dans leur famille, qu'il semble s'y plaire, que même les parents s'habituent à sa présence. Elle en vient ensuite au sujet qui l'intéresse et la préoccupe : Julien. Stéphanie, en entendant le nom, arrête de faire bouger le stylo qu'elle tripotait dans sa main depuis deux minutes. Les parents tendent l'oreille. Tifaine leur apprend qu'il se sent rejeté de la famille, qu'il ne trouve plus sa place parmi eux. Elle annonce également que le jeune homme désire que Pierre s'en aille car il nuit à sa famille, selon lui. Les parents protestent mais Tifaine termine son discours. Elle confie aux parents que s'ils ne jettent pas dehors Pierre, quelque chose de grave va arriver. Après ces mots, Tifaine dit aux parents de bien y réfléchir puis s'en va.
Après son départ, entre dans la maison Julien. Les parents le regardent fixement mais il ne s'arrête point. Il monte directement dans sa chambre. Pierre le suit. Les parents restent fixés sur leurs chaises, à ne rien dire, sans bouger presque. Stéphanie monte à l'étage. Les deux garçons se sont enfermés dans la chambre de Julien. Elle tente d'ouvrir la porte mais sans succès. A l'intérieur, Julien demande des excuses de la part de Pierre. Pierre ne comprend pas et se met à sourire. Pierre commence à torturer son ami en lui disant que ses parents ne l'aiment plus, le préfèrent lui, désirent l'adopter. Il finit par dire à Julien que ses parents projettent de le renier. Julien met la main dans la poche de son sweat. Pierre remarque l'arme et demande ce que Julien compte en faire. Ce dernier ne répond pas. Pierre se jette alors sur Julien et brise l'un des poignets de son ami. 

L'arme tombe par terre. Pierre avoue à Julien qu'il rêvait d'avoir sa vie et qu'il y est arrivé. Pierre demande pardon à Julien, mais cela avec hypocrisie car il n'en pense pas un mot. Pierre finit par dire que Edouard souhaite l'avoir lui pour grand frère et pas Julien. Julien, furieux et déchiré, se jette sur Pierre et le pousse par la fenêtre. Pierre dégringole et se fracasse le crâne sur un banc. Stéphanie descend les escaliers en courant. Ses parents remarquent son agitation et lui demandent ce qui se passe. Elle déclare qu'elle n'est pas sûre mais qu'elle doit vérifier. Fabienne la suit dehors tandis que Bruno monte à l'étage. Celui-ci découvre son fils, en pleurs, allongé au sol, se protégeant le visage. Bruno va à la fenêtre. Il regarde avec stupéfaction, comme sa femme et sa fille en bas, le corps de Pierre, un jeune homme qu'il appréciait temps. Bruno ne fait rien, sa femme aussi. C'est Stéphanie qui, en voyant que ses parents ne réagissent pas, appelle les secours. Hélas, Pierre est bien mort. 
Deux mois plus tard, les parents de Julien sont en instance de divorce. Chez le notaire, chacun dénonce l'irresponsabilité de l'autre, son inattention, son manque de tact auprès de leur fils. Bruno insulte sa femme en lui déclarant qu'elle aurait du s'en apercevoir car elle est une mère, elle sent ces choses-là. Fabienne répond qu'un père comprend mieux son fils qu'une mère. Les parents signent le papier du divorce puis le notaire sort de son bureau et ramène plus tard le jeune Edouard, épouvanté par la décision de ses parents. Le notaire lui demande avec lequel de ses parents il veut vivre. Le garçon reste muet de longues minutes et finit par prononcer : "Ma tante". Les parents en ont les bras qui tombent. Fabienne reste la bouche ouverte de stupéfaction. Bruno se lève brusquement et part à la fenêtre réfléchir. Ils sortent ensuite tous les trois. Fabienne remarque Tifaine dans le couloir et l'attaque. Elle lui crie : "Sale pute. Si tu nous avais prévenu plus tôt, on aurait pu éviter le drame. Tu m'as enlevé un jeune homme que j'appréciais, tu as rendu criminel mon fils et maintenant tu m'enlèves mon Edouard. Qui es-tu pour me faire autant de mal ?". Tifaine prend la main d'Edouard et l'amène à sa voiture, à l'intérieur de laquelle se trouvent Stéphanie et Sophie. Tifaine et Edouard se dépêchent de monter dans la voiture. Devant leur échec, les deux parents, Bruno et Fabienne, se mettent à s'insulter puis prennent des directions différentes.

Tifaine se rend avec Edouard, Stéphanie et Sophie dans un hôpital psychiatrique. Ils se rendent dans une salle où un docteur les attend. Il leur avoue que Julien est psychiatrique. Dès qu'il voit un garçon de son âge, il sert les poings et se met à lui cracher à la figure. Il continue en annoncant que Julien parle tout seul dans la nuit et ne dit que ces mots : "Pierre. Je te hais". Bruno se précipite dans la salle. En effet, il a suivi sa soeur, Tifaine, jusqu'à l'hôpital. Il demande à voir son fils. Le médecin lui accorde une entrevue. bruno entre dans la chambre de son fils et essaie d'obtenir son pardon. Mais le jeune homme lui dévoile son sentiment : il ne s'est jamais senti aussi mal qu'avec lui, surtout depuis que Pierre vit sous leur toît. Il finit en avouant à son père qu'il souhaite ne jamais le revoir. Bruno se relève et lui demande pourquoi il a tué Pierre, il aurait juste pu lui en parler. Julien lui prononce ces mots : "Tu es la réponse. Et je n'ai pas tué Pierre. Il est dans une chambre, à côté de la mienne. 
Les médecins me l'ont dit.Chaque jour, j'espère m'introduire dans sa chambre et lui ôter la vie. Et ça, c'est à cause du manque d'amour que tu m'as porté." Il n'appelle pas son père papa mais Bruno. Ce dernier se lève et sort déboussolé de la chambre de son fils. Il s'enfuie de l'hôpital. Le médecin explique à Tifaine que Julien n'a pas conscience que Pierre est désormais mort. Stéphanie et Sophie entrent dans la chambre de Julien. Elles lui mettent chacune une main sur l'épaule puis leur tête. Elles chuchotent très bas à Julien : "Papa et maman ne t'aiment pas mais nous, on t'aime. Alors, s'il te plaît. Essaie de te porter mieux et comme ça on pourra se retrouver. N'oublie pas qu'on t'aime, nous, ta tante et Edouard car c'est tout ce qu'il te reste. Et ne cherche pas à trouver Pierre. Il n'est plus là. Il a disparu. Si tu veux sortir d'ici, il faut que tu comprennes que l'on t'aime sincèrement et là, tu pourras oublier toute la haine qui s'est emprise de toi. on t'attendra, dehors. On t'aime". Elles quittent la chambre. Julien, seul désormais, hoche enfin la tête. Dans ses yeux, une sorte d'espoir renaît. Il sourit enfin.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire