Translate

mercredi 14 mai 2014

CARNET CRITIQUES : le réalisateur reste prisonnier de son sujet - la jalousie amoureuse - tout en décrivant une relation père-fille subtile et délicate, avec un noir et blanc sublime. Un film sincère mais au scénario inconsistant et aux problèmes de rythme assez persistants.

La Jalousie : Photo Anna Mouglalis, Louis Garrel
LA JALOUSIE

De quoi ça parle ? : Louis quitte Clotilde avec qui il a eu un enfant pour Claudia. Louis et Claudia font du théâtre. L'un enchaîne les rôles tandis que l'autre ne joue pas. Claudia aime Louis, mais elle a peur qu'il la quitte. Un soir, elle fait la rencontre d'un architecte qui lui propose du travail. Louis aime Claudia, mais maintenant c'est lui qui a peur qu'elle le quitte... Et au milieu, il y a Charlotte, la fille de Louis.

Mais il est bien le film ? : Après de nombreux hauts (La Frontière de l'aube, Un été brûlant) et presque aucun bas (Les fantômes de Henri Langlois), Philippe Garrel revient à la réalisation avec un film sobrement intitulé LA JALOUSIE. C'est son titre le plus court et sans doute le plus descriptif. En effet, son film parle de la jalousie qui est toujours constante au sein d'un couple. Sans en faire trop, sans verser dans les larmes ou la surenchère des sentiments ainsi que l'explosion, Garrel soigne les petits détails. Les affiches sur un mur, la cigarette, la position d'un personnage, son regard. Il forme un mélo assez sobre, élégant, où les sentiments sont pudiques, légers mais où la confiance en l'autre est toujours mise à rude épreuve. Que ce soit la mère qui semble jalouse de sa fille car elle voit toujours son père ou jalouse de l'amante de son père, l'amante qui comprend qu'elle compte moi que la fille du héros. Chaque geste, chaque regard, chaque souffle témoigne de la surveillance, de la souffrance et de la douleur que chacun ose à peine démontrer aux autres. Si Garrel ne s'est pas trop foulé question scénario, que la fin paraît prévisible en vue des deux personnages principaux, LA JALOUSIE bénéficie d'une image assez sublime, glaciale mais réchauffante à la fois, apaisante, rassurante comme hésitante. Garrel a opté pour un magnifique noir et blanc qui rend l'histoire et les personnages plus réels, étrangement, plus proches de la réalité. On a l'impression de suivre un album photo, élégant et sérieusement agencé. 

Garrel a d'ailleurs pour cela réuni des membres de sa famille : que ce soit la jeune Esther Garrel, qui confirme son talent, à la fois naturel et étoffé ; le beau Louis Garrel, dans sa meilleure prestation à ce jour, entre douceur, froideur, insignifiance et raideur. Il s'est aussi permis de faire venir dans la troupe la formidable Anna Mouglalis, qui livre une partition froide, dure, posée et toute en retenue. Les acteurs sont d'une sincérité à toute épreuve, les images sont magnifiques. Le film pèche cependant par sa durée. En effet, Garrel n'a pas tout à fait le temps de bien nous présenter tous les personnages, surtout les amis de Louis. Certaines scènes, par la même occasion, ont une utilité floue. Par manque de temps et d'un scénario assez conséquent, Garrel ne livre pas un grand film et se perd lorsqu'il veut parler du théâtre, sujet qu'il maîtrise mal et qu'l esquisse au profit d'une histoire maintes fois connues, certes bien développée et ce avec une énergie et un calme rassurants. Il reste prisonnier de son sujet - la jalousie amoureuse - et tente de s'en échapper en instaurant une relation père-fille délicatement écrite et contée, qui permet d'émouvoir par sa simplicité, son honnêteté et sa douceur. Un beau film mais guère novateur, qui ne fera pas date mais qui vaut pour son image, ses acteurs et son infinie douceur. 

 La Jalousie
Un film de Philippe Garrel
Avec comme interprètes Louis Garrel, Esther Garrel, Anna Mouglalis, Olga Milshtein, Rebecca Convenant, Arthur Igual...
Durée du film 1h16
Genre du film Drame romantique
Nationalité française
Distribué par Capricci Films
Sorti en France le 4 Décembre 2013
««««««

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire