Translate

lundi 28 avril 2014

SCENARIO ORIGINAL : HIS PROMISE (PART II)

Alors que les invités, venus soutenir Fanny, arrivent, Olga demande à Fanny d'aller ouvrir la porte. Ainsi, elle peut passer un message au ravisseur d'enfants. Fanny semble plutôt contente de voir ses anciens amis, perdus de vue, mais aussi ses amis actuels, même si peu nombreux. Tous tentent de la rassurer, lui proposent de l'aide, financière ou morale. Fanny est très émue, jusqu'à ce que Tom rentre à la maison. Il ne supporte pas l'atmosphère joviale et sympathique qui règne dans son jardin. Il fait partir tous les invités et exprime sa volonté d'obtenir des explications sur les évènements à sa femme, qui ne dit mot, sauvée par Olga, qui prétend que c'était son idée à elle.A l'autre bout de la ville, Serena et Evelyn voient enfin apparaître, sur le trottoir d'à côté, la surveillante. Celle-ci trébuche deux fois avant d'arriver jusqu'aux deux jeunes femmes. Elle salue Evelyn et se tourne vers Serena.

Elle avoue avoir vu la scène d'enlèvement : Dylan est parti avec sa prof de sciences naturelles dans une rue et n'en est plus ressorti. Evelyn craint un viol mais Serena la rassure. Cependant, Evelyn se rend compte qu'Olga, celle qui s'occupe de sa mère en ce moment, est une prof de sciences. Serena demande la couleur de cheveux de la prof à la surveillante. Selon elle, la femme était blonde. Evelyn en est maintenant certaine, Olga est dans le coup. La surveillante finit par dire qu'elle a vu un homme très étrange, aux lunettes noires, parler avec des jeunes à la sortie du lycée. Elle pense qu'il est le ravisseur mais Evelyn n'y croit pas trop. Elles quittent la surveillante et retournent chez elles. Pendant ce temps, à la Maison Blanche, l'affaire de l'enlèvement de Dylan prend des proportions énormes. Certains ministres estiment que c'est une attaque envers les Etats Unis, d'autres pensent plutôt à sauver le gamin avant qu'un drame n'ait lieu. Les ministres sont opposés sur le sujet de la rançon mais la plupart pensent que le ravisseur n'agit que pour embrouiller les citoyens américains, désormais spectateurs de l'enlèvement le plus médiatisé de l'histoire. Les ministres finissent donc par trancher : le ravisseur sera traqué par toutes les polices de la région.
Freida Pinto Slumdog Millionaire Portrait Session At Toronto International Film Slumdog Millionaire
Evelyn, à l'université, suit un cours à la fois de philosophie et de politique (elle veut devenir avocate). Le thème du cours est "Ce que doit faire l'Etat quand il est mis sous pression par des terroristes". Dans un long débat de deux heures, Evelyn intervient régulièrement, citant son frère, son ravisseur. le professeur est pris de pitié pour la jeune fille et révèle qu'un terroriste se trouve toujours dans l'endroit qu'il souhaite détruire, mais qu'il se cache bien. Evelyn réfléchit à la question et sort sans en demander la permission et retourne chez elle. Elle trouve ses parents en pleine dispute. Ceux-ci se querellent car son père pense que l'attitude de Fanny est irresponsable et inhumaine : faire une fête alors que son fils a été enlevé, mais quelle idée ! Fanny répète que ses amis étaient venus pour la supporter durant l'épreuve. Tom ne veut rien savoir et retourne à son travail. Evelyn tente de consoler sa mère mais la télévision ne va pas arranger l'état de Fanny. En effet, la télévision organise un flash spécial.

Le ravisseur apparaît à la télévision. Il montre le jeune Dylan, accroché à une chaise, en t-shirt et caleçon. Le ravisseur annonce aux habitants qu'ils doivent convaincre la Maison Blanche de lui donner les 300 millions de dollars car, à chaque heure passée jusqu'à l'horaire limite de livraison, il fouettera et torturera le garçon sous leurs yeux impuissants. De plus, il annonce qu'il tient toujours ses promesses. Il se tourne vers le garçon, s'accroupit à côté de lui, le tient par le menton et lui pose une question : "Aimes-tu ton pays ?". Dylan répond oui et le ravisseur fait glisser la chaise, qui se renverse. De l'eau brûlante chute du plafond sur Dylan, qui hurle. L'image s'arrête sur ces hurlements. Evelyn est choquée, tenant sa mère dans ses bras, lui cachant les yeux. Quelques minutes plus tard, le président fait un discours, passant à la télévision, dans lequel il promet retrouver le jeune homme avant que son corps ne supporte plus les coups. Fanny jette sa chaussure sur la télévision, par colère.

L'après midi, Evelyn se rend au lycée où elle attend James. James la remarque et augmente la cadence. La jeune fille le stoppe à un feu rouge. Elle veut savoir si James a des informations sur la disparition de son frère. James sort une lettre, la donne à Evelyn et lui fait promettre de ne la lire que quand le moment sera venu. Evelyn promet. James la regarde, il tombe en pleurs. Pour lui, Dylan était un frère, même plus, un frère jumeau. Ils étaient proches, ils se disaient tout. Evelyn lui promet de le retrouver avant qu'il ne soit trop tard. Evelyn, comprenant qu'elle avait raté son rôle de grande soeur, étreint James et lui baise le front. Elle s'en va. Elle rentre chez elle. Le soir, après avoir travaillé, elle se rend dans la cuisine de sa maison et y trouve ses parents, enlacés sur le canapé, le visage plein de larmes. Ils remarquent sa présence et se lèvent. Ils lui annoncent qu'ils se rendent chez les parents de James pour la soirée. Evelyn veut les accompagner et ils acceptent.

La surveillante se rend au poste de police et divulgue l'emplacement où se trouve le ravisseur. La police envoie une patrouille. Evelyn et ses parents se rendent chez James mais une fois arrivés, tombent sur les parents de celui-ci, effarés, angoissés. Ils ont bien raison : leur fils a disparu, lui aussi. Fanny et Tom tentent de réconforter les parents de James alors qu'Evelyn s'est proposée pour faire la cuisine. Les quatre parents allument la télévision et tombent sur le ravisseur, qui a un dernier message à délivrer. James et Dylan apparaissent en sang, pleins de boue, avec des erraflures. Le ravisseur demande lequel des deux garçons mérite le plus de vivre. Il laisse le choix aux habitants de Washington. Après la diffusion du message, les parents se disputent car chaque couple veut voir son enfant leur revenir. Dans les rues, des gens défilent pour les jeunes garçons et se rendent tous en direction de la Maison Blanche. Les policiers ne trouvent pas le ravisseur au lieu indiqué par la surveillante mais remarquent une voiture verte qui en sort et décident de la suivre.

La surveillante est arrêtée pour avoir donné de mauvaises informations. Elle est mise en cellule. Dylan et James sont dans une pièce très sombre mais réussissent à distinguer l'autre. Ils s'adossent, côte à côte, sur le mur et énoncent tout ce pour quoi ils voudraient vivre. Après cela, James touche l'une des blessures de Dylan, qui crie. James retire son doigt. Le ravisseur vient et attrape Dylan par le cou puis le bat mais James s'interpose et frappe le ravisseur mais celui-ci, coriace, assomme les deux garçons. Alors que Evelyn est sortie rejoindre les manifestants, la situation dégénère dans la maison des parents de James où les insultes fusent entre les quatre parents. Le matin, vers huit heures, le ravisseur réveille les deux garçons. James avoue alors à Dylan que le ravisseur est son oncle. Malgré ce point, les deux garçons restent amis et se promettent de toujours rester soudés quoiqu'il arrive. Le ravisseur les fait sortir et les emmène près de la Maison Blanche. Ils montent sur le sommet d'un immeuble. Ils regardent les manifestants qui font un bruit incroyable dans les rues. Les policiers remarquent le ravisseur en haut de l'immeuble et s'approchent vers lui. Certains restent en bas de l'immeuble, qui est assez haut quand même, douze étages. D'autres montent jusqu'au toît.

Une fois en haut, le ravisseur remarque qu'ils n'ont pas la rançon qu'ils souhaitait. Il annonce que les Etats Unis ne tiennent pas leurs promesses et s'adresse à la population en leur déclarant "Voilà ce que le président et les ministres ont d'estime pour vous. Ils sont près à laisser mourir deux gamins innocents juste parce qu'ils sont lâches". Les manifestants restent scotchés à l'évènement. Ils ont les yeux rivés vers le sommet de l'immeuble. Le ravisseur prend alors James par les bras et, une fois près du bord, lui plante une balle dans le dos. Dylan hurle, un policier tire, le ravisseur tombe avec le jeune James du haut des douze étages. Des policiers attrapent Dylan et le ramènent dans une voiture de police. Dylan ne veut cependant pas aller dans leur voiture et se rue vers son ami au sol. Il remarque que James ne bouge plus, ni son corps, ni ses cils, qu'il a désormais un regard vide et dirigé vers le ciel. Dylan hurle de toutes ses forces mais on l'embarque dans la voiture de police. Evelyn se jette sur la voiture et tape sur la vitre du véhicule pour que Dylan la remarque. De la buée reste sur la vitre et; avant que la voiture ne démarre, Dylan écrit le mot lettre sur la vitre. La voiture se met en route jusqu'à la maison de Dylan.

Evelyn sort la lettre de son sac et la lit : "Dylan, nous avons passé dix ans tous les deux, dix ans où l'on a fait les quatre cent coups. On a fait des conneries, on a eu des disputes, sur des filles, des films, de la politique, des pensées mais je sais que l'on se réconciliera toujours car on est soudés, comme des frères. Pour moi, tu es le frère que je n'ai jamais eu et je crois que c'est la même chose pour toi. Ne m'en veux pas si mon oncle est en fait celui qui t'a enlevé. Je n'en savais rien même si je l'ai reconnu. Ne m'en veux pas de ne pas être venu te délivrer plus tôt. Je n'en avais pas le courage. Mais je sais que tu me pardonneras car, après tout, nous sommes frères. S'il m'arrive quelque chose, je m'en voudrais toute ma vie. J'espère que tu comprendras mon geste : celui d'être venu te voir, te soutenir avant la date limite pour la rançon. J'ai marchandé avec mon oncle pour qu'il tire sur moi plutôt que toi. J'espère que tu n'en souffriras pas. Je serai toujours près de toi, à jamais." En lisant la lettre, Evelyn sent que des larmes coulent de ses yeux. Elle les essuie. Dans la voiture, Dylan, à l'arrière, remarque une arme. Il la prend tout doucement et positionne l'arme sur son oreille. Ils arrivent devant chez James. Ses parents remarquent la voiture et sortent avec ceux de James. Ils courent vers la voiture mais c'est à ce moment que Dylan décoche un tir.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire