Translate

samedi 26 avril 2014

CARNET CRITIQUES : un voyage initiatique d'une bande de frères et soeurs à la mise en scène sobre mais assumée, au contexte historique fort. Un film déchirant, douloureux, d'une force incroyable, aux jeunes acteurs saisissants et où la tension reste constante jusqu'à un final renversant de chagrin et d'humanité.

Lore : Photo Saskia Rosendahl
LORE

De quoi ça parle ? : En 1945, à la fin de la guerre, Lore une jeune adolescente, fille d’un haut dignitaire nazi, traverse l’Allemagne avec ses frères et sœurs. Livrés à eux-mêmes, au milieu du chaos, leur chemin croise celui de Thomas, un jeune rescapé juif. Pour survivre, Lore n’a d’autre choix que de faire confiance à celui qu’on lui a toujours désigné comme son ennemi...

Mais il est bien le film ? : Le cinéma traite souvent de la Seconde Guerre Mondiale, mais très peu des répercussions sur la vie des allemands après la victoire des Alliés. Cate Shortland, dont c'est le premier film, s'intéresse donc à cette partie de l'histoire. Elle filme une bande d'enfants, fils et filles d'un dignitaire nazi et de sa femme, tous deux exilés à Hambourg. Leur périple pour rejoindre la maison de leurs grands parents est plutôt saisissant. S'il ne brille pas par son inventivité, leur périple se transforme en véritable aventure avec des étapes qui font grandir les personnages. Le film, à l'image vieillie, sombre et grisâtre, comme pour donner un certain style, suit les enfants qui réalisent petit à petit qu'ils ne retrouveront pas leurs parents. Si le climat d'après guerre est très bien montré, la réalisatrice en lésinant pas sur les détails, comme ces bâtiments où les allemands découvrent les horreurs présentes dans les camps de concentration tout en se lavant avec le peu de savon qui leur reste. Le film montre ainsi la pauvreté de l'Allemagne, la misère fortement présente et les conditions de vie déplorables des habitants. Le film s'avère aussi très fort. Il conte l'éveil de la sexualité mais aussi la prise de conscience de l'héroïne que son corps peut la sauver et cela avec une grande finesse, pas de voyeurisme, avec sobriété. Les enfants sont rejoints par un jeune juif et là, la tension s'installe. Le film en est presque insoutenable. Les petits s'attachent au jeune homme pendant que la grande soeur témoigne sa haine pour lui ainsi que pour son peuple. 

Une haine qui va s'élargir au monde entier, quand l'héroïne aura compris que ses parents ne la reverront jamais et que le monde est pourri et qu'ils n'ont qu'un minime espoir de s'en sortir. La tension est toujours constante, ineffaçable. Avec force et puissance, notamment dans la scène finale où Lore brise les petites statues qu'elle a apportées avec elle durant le voyage, la réalisatrice filme la rage contre le monde, la haine de l'héroïne envers les êtres vivants puis envers sa famille. Cate Shortland signe un film à la haine sourde, cachée, camouflée derrière des regards puis qui explose dans les dernières scènes. Saskia Rosendhal se montre fascinante dans son interprétation de Lore, entre regards qui disent tout, insistants et fragilité évidente. Le film s'avère déchirant quand l'un des frères de Lore perd la vie, croyant retrouver le jeune homme qui les accompagnait. Au gré de scènes d'une force incroyable rien que par la pensée et le son, car le meurtre du frère n'est pas montré (on entend juste le coup de fusil et une soeur revient les larmes aux yeux), la réalisatrice réussit à captiver le spectateur, à nous faire assister à un voyage initiatique, qui rend adulte, conscient et enragé contre le monde qui entoure les enfants. Une oeuvre sèche, muette, dure, douloureuse, aux jeunes acteurs saisissants, à la mise en scène sobre mais vraiment assumée, à la narration simple mais brillante. Un film de mémoire, entre haine et tolérance, entre force et faiblesse, entre beauté et horreur. Un grand film. 

 Lore
Un film de Cate Shortland
Avec comme interprètes Saskia Rosendhal, Kai Malina, Ursina Lardi, Hans Jochen Wagner, Mika Nelson Seidel, Nele Trebs, Phillip Wiegratz...
Durée du film 1h48
Genre du film Drame historique
Nationalité allemano-australienne
Distribué par Haut et Court
Sorti en France le 20 Février 2013
««««««

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire