Translate

jeudi 17 avril 2014

CARNET CRITIQUES : le voyage dans le temps, concept d'une comédie touchante, garnie d'un humour anglais savoureux, de scènes cocasses, d'acteurs inspirés et surtout d'une sincérité épatante. Un beau moment.

Il était temps : Photo Domhnall Gleeson, Rachel McAdams
IL ÉTAIT TEMPS (ABOUT TIME)

De quoi ça parle ? : À l’âge de 21 ans, Tim Lake découvre qu’il a la capacité de voyager dans le temps... Lors de la nuit d’un énième nouvel an particulièrement raté, le père de Tim apprend à son fils que depuis des générations tous les hommes de la famille maîtrisent le voyage intertemporel. Tim ne peut changer l’histoire, mais a le pouvoir d’interférer dans le cours de sa propre existence, qu’elle soit passée ou à venir... Il décide donc de rendre sa vie meilleure... en se trouvant une amoureuse. Malheureusement les choses s’avèrent plus compliquées que prévu. Tim quitte les côtes de la Cornouailles pour faire un stage de droit à Londres et rencontre la belle et fragile Mary. Alors qu’ils tombent amoureux l’un de l’autre, un voyage temporel malencontreux va effacer cette rencontre. C’est ainsi qu’au fil de ses innombrables voyages temporels il n’a de cesse de ruser avec le destin afin de la rencontrer pour la première fois, encore et encore, jusqu’à ce qu’il arrive à gagner son coeur. Tim se sert alors de son pouvoir afin de créer les conditions idéales pour la demande en mariage parfaite, pour sauver la cérémonie à venir du discours catastrophique du pire des garçons d’honneur imaginable mais aussi pour épargner à son meilleur ami un désastre professionnel. Mais alors que le cours de sa vie inhabituelle se déroule, Tim découvre que ce don exceptionnel ne lui épargne pas la peine et les chagrins qui sont communs à n’importe quelle autre famille partout ailleurs.

Mais il est bien le film ? : Auteur de comédies romantiques très connues, Richard Curtis récidive dans le genre et ce, avec beaucoup de brio. Tout d'abord, il réussit à créer un héros, auquel on s'identifie tout de suite : mal dans sa peau, pas très sûr avec les femmes, timide, vieux jeu, pas un beau gosse mais pas une truie quand même. A travers le héros, ce sont toutes nos peurs, tous nos défauts et surtout tous nos rêves les plus fous qui se réalisent à l'écran. Le personnage est donc aimable, attachant même si gaffeur et un peu ridicule par moments. Domhnall Gleeson, fils de Brendan (HARRY POTTER 4 à 7), apporte un peu de fraîcheur, de lisibilité et de caractère au héros par une interprétation naturelle et sincère. Face à lui, il y a la belle Mary, timide elle aussi mais au tempérament bien trempé et aux idoles bien choisies (Kate Moss). Ces deux-là sont faits pour s'aimer. De plus, Mary a la gueule d'ange enfantin de Rachel McAdams qui n'a jamais été aussi mignonne, adorable, charmante et juste. Il y a, en père qui n'en fout pas une, le génial Bill Nighy, sobre mais très présent, qui déploie son jeu à chaque scène. En face, dans le rôle de la mère au courant de rien, il y a Lindsay Duncan, qui utilise son caractère intrinsèque et grincheux et livre une prestation détonante. Il reste ensuite Lydia Wilson, en petite soeur qui ne fait que des bourdes (dans sa vie amoureuse, dans ses choix, ses études...) et elle fait preuve d'un véritable talent émotionnel comme d'une finesse incroyable, surtout en face de Margot Robbie, dont la beauté est mise en avant et qui illumine quelque peu le film de sa chevelure dorée et de ses yeux somptueux. Vous l'aurez compris, un héros attachant, des personnages touchants et délirants, à la personnalité forte (j'avais oublié l'oncle qui perd la mémoire) servis par des acteurs impliqués et inspirés.

Mais IL ÉTAIT TEMPS a un thème bien délimité : le voyage dans le temps. Evidemment, Curtis use de ce concept pour alimenter les relations amoureuses et familiales du héros et l'on comprend assez vite que remonter le temps nous serait tous vraiment utile (en cas de connerie dite à table, de drame familial, de retard chez le médecin...). Ainsi, à travers ce concept fantastique, Curtis tisse un rêve qui, pourtant, n'est pas aussi beau que la réalité. Car le film porte un message : celui-ci de vivre sa vie, d'apprendre de ses erreurs, de ne pas vouloir les changer, tout réparer, de vivre avec. C'est intelligent et le film témoigne d'une sincérité et d'un naturel dans son propos assez épatant. Ensuite, au bout d'une bonne heure, les sauts dans le temps se font moins nombreux et on assiste à une comédie romantique basique, qui a laissé de côté son postulat original qui faisait tout son sel. Mais rien de bien ennuyeux même si le film traine un peu en longueur (les dix dernières minutes sont mièvres et inutiles). En effet, IL ETAIT TEMPS bénéficie de Curtis, un réalisateur anglais. Ainsi, l'humour anglais est très présent, de nombreuses scènes font mouche et réchauffent le coeur. Le film ne se veut jamais méchant ou sombre, aborde tout avec légèreté, au gré de scènes cultes (le mariage sous la pluie en Cornouaille), invitant à rire, à s'émouvoir. Une comédie romantique efficace, sincère, bien emballée et surtout délicate et pleine de volonté. Un beau moment à passer en couple et en famille. 

 Il était temps
Un film de Richard Curtis
Avec comme interprètes Domhnall Gleeson, Rachel McAdams, Lydia Wilson, Bill Nighy, Lindsay Duncan, Margot Robbie, Richard Cordery, Josh McGuire...
Durée du film 2h08
Genre du film Comédie romantique et fantastique
Nationalité britannique
Distribué par Universal Pictures
Sorti en France le 6 Novembre 2013

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire